Yong-Nian Yang’s Taiji Group

永年杨式太極拳中心

Maître Dong, notre professeur

Master Dong, our teacher

 

1董永明老师 – Maître Dong Yong Ming

董永明, 男,1951年8月3日生, 中国辽宁省人。大学毕业。
中国杨氏太极拳第六代传人,现定居比利时布鲁赛尔市。
自幼受父亲影响酷爱武术运动, 曾拜韩廷德先生为师, 习练长拳,各类器械。
中年开始习练杨式太极拳,后慕名拜传统杨氏太极拳弟五代传人扎西大师门下成为入室弟子。自此谨遵师父教诲,研习拳理,晨昏无间,寒暑不易。在扎西大师影响下,数年来一直坚持在爱尔兰,英国和比利时义务授拳至今。
曾参加央视武林大会走进陈家沟太极拳比赛,获得传统杨式太极拳金牌, 太极刀银牌。台湾海峡杯全球华人武术大赛,获得传统杨式太极拳金牌,杨式太极剑银牌,杨式太极刀金牌。欧洲传统武术职业冠军杯赛,获得传统杨式太极拳金牌, 杨式太极剑银牌。
2015年4月西安杨式太极拳联谊大会获传统杨式太极刀金牌,传统杨式太极拳银牌,2015年5月中国咸阳”体彩杯“传统杨式太极拳交流大会,获传统杨式太极拳金牌,传统杨氏太极刀,2015年9月欧洲豪杰武术锦标赛,获太极拳银牌,太极刀银牌,2015年11月荷兰太极拳公开赛,获太极剑金牌,太极拳银牌,太极棍铜牌.

Dong Yong Ming, né le 08/03/1951 dans la province de Liao Ning en Chine, diplômé universitaire et résidant actuellement à Bruxelles (Belgique) est un des représentants de la 6ème génération du Tai Chi Quan traditionnel de style Yang.
Très tôt, sous l’influence paternelle et grâce au Maître Han Tin Te qui lui enseigna le Chang Quan, art martial issu du temple Shaolin comprenant différentes disciplines telles que les armes, le jeune Dong s’était déjà passionné pour l’expression physique et les activités sportives.

Plus tard, il débute la pratique du Tai Chi Quan et devint alors disciple du grand Maître Zha Xi, représentant de la 5ème génération du Tai Chi Quan traditionnel du style Yang. Dès lors, il s’entraîne sans relâche du lever au coucher, été comme hiver.
À l’instar de son maître Zha Xi, Maître Dong commença à son tour l’enseignement de son art, sans but lucratif, d’abord en Irlande et en Angleterre puis maintenant en Belgique.

Maître Dong est le détenteur de plusieurs prix :

En Chine, il participa à un coucours d’arts martiaux organisé par l’émission de télévision Zhong Yang ainsi qu’au concours de Tai Chi Quan et il décrocha la médaille d’or du Tai Chi traditionnel du style Yang et la médaille d’argent au sabre.

À Taiwan, au grand concours de Wushu pour Chinois d’outre-mer, il a obtenu l’or pour le style Yang, l’argent pour l’épée et l’or pour le sabre.

En Europe, il obtenu l’or pour le Tai Chi Quan et l’argent pour le sabre.


The supporters
中心委员
Personnes responsables au Pavillon:
老人协会练功场所负责人:
PeiYen
Personnes responsables dans les Galeries:        
週日练功场所负责人
Ching

 

Ching 清

2

I love taijiQuan.

 

Depuis toute petite, j’ai toujours été attirée par le kung-fu car je trouve les gestes tellement beaux. Mais, étant consciente de la difficulté de l’entrainement, je n’ai jamais essayé cet art martial (à part peut-être dans mes rêves, avec beaucoup d’imagination). Quant au tai-chi-chuan, je n’y avais jamais songé car, comme la plupart des gens, je pensais que c’était fait pour les personnes très âgées à peine capables de tenir debout… Jusqu’au jour où, après avoir parlé avec un voisin adepte de cette discipline, je voulus bien essayer. Ce ne fut cependant qu’il y a trois ans, lorsque Maître Dông devint mon professeur, que la pratique devint sérieuse et moi, attentive.
Si je devais résumer les bienfaits que je tire du tai-chi-chuan, je dirais qu’ils se présentent sous deux aspects : un aspect physique et un aspect spirituel.
Avant de pratiquer le tai-chi, j’avais, par exemple, mal au genou en montant l’escalier, mais, un jour, cette douleur disparut. On peut bien sûr penser que cela aurait été possible aussi en faisant un autre sport ou simplement que la nature a fait son boulot, mais je suis sûre que c’est la pratique du tai-chi-chuan qui a renforcé mes ligaments, tendons et muscles (qui n’a pas souffert à la jambe en pratiquant la forme « Chercher l’aiguille au fond de la mer »?!).

Au niveau spirituel, comme le tai-chi-chuan est basé sur la philosophie du Yin et du Yang, le canal méridien, le taoïsme, etc. tout cela m’incita à me tourner à nouveau vers la culture chinoise que j’ignorais depuis si longtemps. J’appris aussi à relativiser les choses lors des moments difficiles (car après le Yin, vient le Yang ; après l’ombre, la lumière…).
Aussi, l’aspect lent de cette discipline m’apaise et m’a rendue plus patiente.
Les bienfaits du tai-chi sont tellement nombreux, je ne peux qu’inviter ceux qui hésitent encore à franchir le pas et encourager les initiés à persévérer. Et, un jour, je suis sûre que ce sera l’un ou l’une d’entre vous qui fera une déclaration d’amour au taichi…
Bien à vous
Ching

 

SouiYeng (RuiYing) 瑞瑩

 

3

 

首先要謝謝珮燕、Charlotte , Patrick  在百忙中抽出時間策劃了這綱站,

希望各位拳友利用這交流的平台,談談練拳的心得、或感想。
先說我是怎開始練拳吧。
数年前的某夭,接到十幾年都没联络的阿清電話,寒喧後,説“你想練太極嗎?”,當時,碰着我人生中最痛苦的時刻,心情低落,但還蠻痛快地答應了。
就這麽開始的。

太极緩和、輕巧、剛柔且兼的动作,看似容易,學起来則不然,尤其像我摸仿力不強的人,怎麽別人打的動作如此地優美,我却打得如此的憋扭,曾想放棄,還好老師說:“不怕笨學生,只怕懒學生”。所以我堅持下來了。

跟老师學拳已将近五年了,拳還得修,還得練,但值得我稱心的是我練出了恒心和毅力。
練拳讓我心靜,其中最喜欢的招式是十字手,它像隻鳥,展翅飛翔,於行雲之間,流水之處,再安然平穩地着陸。

 

Tout d’abord merci à Peiyen Charlotte Patrick qui ont consacré leur temps à la réalisation de ce site web.
Je saisis cette occasion pour saluer Maître Dong, qui m’a guidée pendant toutes ces années avec professionnalisme et merci à Ching qui m’encourage dans mes moments de doute.

MERCI.
Je suis contente de vous connaître,

à bientôt.
Ruiying

 

 
Hirondelle Wang  (Peiyen) 珮燕 

 

 
DSC03095

 

先在心, 後在身

There are few issues bonding me with Taiji in Brussels.
The first issue is the care from my two wise friends – Rochelle Schmallenbach and Soui Yeng Song.
In 2011, Rochelle invited me many times to meet this great Taiji teacher in Brussels. For some private reason – I left Belgium often, so I never made it to go.
One year later, my travelling came to the end. Rochelle pulled me again – at that right moment! I still remember, my first class meeting Mr. Dong was in a fitness classroom. Patrick,Reiying and many other students all studied together.
That was a good experience. but I dropped it for all kind of reasons – busy, lazy, too cold, too tired …..
Then my first teacher Reiying started to call and invite me to join the learning. Her sincere manner touched me deeply – we didn’t know each other before, but she and the teacher were giving the opportunity to everybody, whoever was eager to improve the health or the skill of Taiji.
But doing sports is not my interest! And I am really NOT a sporty person. In the past, my laziness always won. So, what is the reason to keep me staying with this group, day after day after day for 2 years now?
Before I talk about it, I need to mention my wounded feet and knees. I had problems to climb up the stairs or lower my body, my left foot was fractured and my right heel twisted, both by accidents – the pain in my feet continuously bothering me for few years!
Back to the subject of studying Taiji.
Yes, I went to the park and had few morning classes with teacher Dong.
There were only one or two students there, beside the fountain. It was the period of the group without a solid, long term classroom. Although it’s a nice surrounding in the outdoor park – it can be cold and raining.
I told myself, yes I felt great after learning few movements, not easy, but it brought a new feeling to my body – it’s fresh but tiring, comforting but painful, confusing but inspiring , cold on hands and feet but warm after the practice. Then, I said to myself, when temperatures turn lower, teacher will announce to have a break (ha-ha!)
So I kept on waiting – from mid Nov 2012 until 2015 (ha-ha-ha!)
Teacher Dong never said STOP!
We were grabbing scarfs, hats and gloves … standing in the snow … One more time, Lan Chei Wei! PeiYen, again, “PeiYen, the weight is on your left foot!!! … hold it, stand for few more minutes…”
Snow gently fell on my nose and fingers. I can never forget the shaking of my legs and frozen nose… On another side, teacher Dong raising the sword, quietly sliding into the snow… a scene only to be seen in a movie, or a Kung-Fu novel! I couldn’t described my feeling then, but I just kept on going day after day…
During that time, at home, more than 5 months I asked myself: “How can I climb up the stairs?”
My right heel even more painful than ever.
As much as my limping legs carried me back to the park, the changing slowly, gently happened in me. I am not a talented fast learner. Actually, lots of the movements took me long time to study and digest. During two years of following the teacher, he has always been correcting my imperfect movements patiently. But my mind became more and more determined.
I learned an old saying : 先在心, 後在身。(meaning: the heart and mind learn first, after practice, the right movements will come gradually)
It doesn’t matter how long I need to overcome the limitation of my body and move to the different levels of Taiji, I do it for my health, my balance, and my passion (my wounded feet recovered after 1 and half years of learning Taiji. The pain and stiffness on my knees and back just disappeared).
Something or many things changed inside of me. It may take me 3 lives to understand what happened. But I only have one life to deal with this amazing fate.
To bump into such a good and special teacher, having two great friends to show me the direction, I will always keep my appreciation to them in life.
The old generations created and passed such a treasure to us, what we can only do is carry on with insistence。
Next time, when you meet me/us in the park, please come to join us, give a chance to our bodies, live a healthy, fantastic life!

 

Teresa
 

 

IMG_6094

 

I started learning tai chi in November 2012 when Pei-yen, my next door neighbour, invited me to attend class with her. At the time, Master Dong was teaching a group on Tuesday and Friday afternoons at a nearby gym in Woluwe-Saint-Pierre. This location only lasted a few more weeks before classes were moved to Parc Cinquantenaire, where Pei-yen and I decided to join Master Dong for his weekday morning lessons. Since it was December and the weather was getting colder, we told each other we would only attend on good weather days – that did not last long. Soon we found ourselves practicing in the snow and  on icy ground, even when the temperatures reached to -8C! Our fingers and toes were freezing, but we felt if Master Dong was going to be there no matter the weather, then we owed it to him to be diligent and attend also.

At the beginning, it was hard on my knees and my muscles and joints ached. It was difficult walking up steps and sometimes I questioned the logic of continuing with an exercise that was causing  more pain instead of helping my knees. But then one day, I started to notice the pain lessened. In fact, I only felt pain when I did not practice instead of when I did. This was a major breakthrough for me, and a very welcome one too.

Now it is almost three years since starting, and I continue to practice for my health and well being, and for the love of an exercise that came knocking at my door one November morning.

Thank you Pei-yen for always being there. I also thank Patrick for his guidance early on and RuiYing, who inspired me by her form.

And most of all to Master Dong who gave so much of his time to me and asked nothing in return. For this, I can never thank him enough.

 

Patrick

 

 
Patrick2
 
 

“Taijiquan – what’s next?”

In contrast to many martial arts, Traditional Yang Style Taijiquan does not seem to have much to offer in terms of variety. We have a handful of forms, including one each for saber, sword, and staff.
Mostly, there’s the 85 hand form. And while that takes a while, we usually can, with some regular practice, learn it up to the last movements within a year. So we ask: What’s next?
Many of us come with prior experience in other martial arts or bodywork. Often, the new movements come easier to us than to those without. We fly through the first parts of the form in particular. And yet, something is not quite right. What we do does not really match what Laoshi does. So we ask: What’s next?
And then there are those of us who are intensely curious. As we learn, and particular when we practice on our own, we wonder “what if I do that movement in this way? What if I breathe out as I open (or close)?”. Over time, the originality builds. When we get instructions during practice, we do the movement once and then eagerly watch throughout the room what others are being told, particularly if we feel they are more “advanced”. Sometimes, it seems to us that the advice we get and they get is contradictory, or that advice changes over time. And we ask: what’s next?
These are not new questions. The following paragraph is a quote from Fu Zhongwen, as translated by Louis Swaim (©1996), in “Mastering Yang Style Taijiquan” :
“…in the first instance are those already possessing talent, who are young and strong, can draw inferences easily, and are clever beyond the average – what a pity that they barely accomplish anything, yet are satisfied and will suddenly stop studying, unable to endure a great undertaking. In the second instance are those who impatiently seek quick results, yet who are careless in their development. Before a whole year has passed they have already studied the hand, sword, broadsword, and spear forms. Although able to imitate in rote fashion, they in fact never master the secrets. As soon as one checks their directions and movements, upper, lower, inner, and outer, all come up short. If you want to make corrections, then you must amend each and every posture. Moreover, corrections made in the morning are already been forgotten by nightfall. This is why one often hears the saying: “To study boxing is easy; to correct boxing is difficult.” This saying comes from the seeking of quick results. If this present generation by means of mistakes transmits mistakes, they will certainly extend their own mistakes to others – most distressing for the future of the martial arts.”
Harsh words.
And yet, those who seem to do most well are those who trust simple practice over time. If you perfect one movement every day, that’s 365 perfections of your form a year. Even just one per week is 52 refinements. And one instruction can be worth a few days or weeks of work. The farther you go, the harder this integration can become as it is likely to change not only one particular movement, but your whole form. And, finally, instructions will be personal to whatever you have been doing at that moment, unless the instruction is to the group. Watching someone else get corrected can be interesting – but given that person is dealing with possibly different issues than we are tends to be far less relevant than we might think. Laoshi once mentioned a new movement takes about 14 repetitions before it starts to become integrated into our form.
So, what’s next?”

 

Charlotte 夏洛特

 

8

 
Depuis toujours, ou presque, j’aime regarder les mêmes films, inlassablement, de Sister Act à Mary Poppins en passant par Les Visiteurs et L’Apprentie Sorcière mais mon préféré est, a été et sera toujours les Tortues Ninja, le film de 1990, incontestablement. Si je parle de ça, ce n’est pas pour vous parler du travail oh combien génialissime de Jim Henson mais plutôt pour mettre l’accent sur le pourquoi ce film a bercé toute mon enfance et est toujours bien présent dans ma vie.J’ai une incommensurable admiration pour leur Maître Splinter.Un Maître de Ninjutsu, très sage, toujours de bon conseil. Je rêvais d’être comme lui; il paraissait si calme, paisible, humble et cachait pourtant une incroyable technique de combat qu’il ne pratiquait jamais inutilement. Cela m’a toujours fascinée.
Une autre source d’incitation à l’apprentissage d’un art martial a été ma maman qui me parlait toujours de sa pratique du judo, elle, elle a toujours admiré Bruce Lee, alors elle m’a également fait découvrir ses films. Impressionnant. Quelques années plus tard j’ai commencé à lire par-ci par-là certaines de ses citations, trouvé des documentaires à son sujet,….
Tout se rejoint, par les Arts Martiaux, ces gens (et personnages de fiction) ont l’air de découvrir quelque chose d’extraordinaire par l’apprentissage d’un art martial.
Alors je me suis dit qu’il fallait que je tente ma chance moi aussi et arrêter de porter le déguisement d’une tortue ninja (à chaque fois que je regardais les films ça m’arrivait, et comme je les regardais tous les jours, je vous laisse imaginer… Véridique !) pour enfiler mon propre costume !
Mais les circonstances de la vie ont fait que je n’ai malheureusement pas trouvé ce que je cherchais.
Jusqu’à ce que….
Septembre 2013, le TaijiQuan entre dans ma vie !
En arrivant, je ne comprends pas grand chose et je ne parle pas que du taiji ! ; la moitié d’entre eux sont chinois, le prof ne parle ni français, ni anglais. Les autres parlent majoritairement anglais; n’ayant plus pratiqué depuis des années, j’étais incapable d’aligner 3 mots.
Mais très vite je me suis sentie bien en leur compagnie.
Malgré une barrière de langage je vois que le Maître semble très ouvert, spontané, toujours a rigoler mais également très sérieux lors de la pratique de la forme et l’apprentissage des mouvements.
Beaucoup de patience et de volonté d’échange, quelque chose de chaleureux dans ce groupe que je n’avais jamais rencontré auparavant.
Mon premier cours de taiji m’a donné le ton, ça n’allait pas être facile, contrairement aux apparences.
J’en étais ravie !
“Serait-ce finalement ce que je cherche depuis le début?”
J’ai très vite compris qu’il allait falloir que je travaille dur et pour cela, rien de mieux qu’une pratique quotidienne.
Donc tous les matins, direction le parc.
Et tous les soirs, répétitions de ce que j’avais appris la matinée plus reprendre depuis le début chacun des mouvements que j’avais appris la veille, l’avant-veille, etc… Jusqu’à la mémorisation de la forme complète.
Mais après alors ? Qu’est-ce qu’on en fait ?
Et bien ce n’était que le début ! Tout est a retravailler, revoir et corriger, quand on croit avoir saisi un mouvement, Maître Dong nous corrige et c’est reparti pour une correction de la forme entière.
C’est le Paradis !
Avoir la chance de s’améliorer jour après jour; tout en sachant qu’en plus de ça, cela nous fait travailler non seulement le corps au niveau de l’équilibre, la stabilité, la souplesse, la résistance,… Mais l’esprit bénéficie également de ses bienfaits, la concentration, la mémoire, ça aide aussi à mieux gérer ses émotions,…
Personnellement, ça m’aide à me sentir plus confiante pour affronter toutes les étapes, les choix à faire dans la vie quotidienne et c’est la première fois que je me sens aussi bien dans mon corps.
En très peu de temps les efforts sont récompensés et ça donne envie d’en faire un peu plus tous les jours, lentement mais surement !
Chacun à son propre rythme. A force de travail régulier, on peut tous y arriver.
Chaque jour est différent, je n’ai jamais l’impression de faire deux fois le même enchaînement, on a beau faire les mêmes mouvements encore et encore, tous les jours on apprend, tous les jours on a l’occasion de se concentrer sur un autre élément et le redécouvrir et il y a tant de chose à découvrir encore, c’est incroyable.
Le TaijiQuan est selon moi une source inépuisable d’une richesse inestimable.
Je vous invite tous à prendre part à cette aventure et découvrir ce qu’il se cache au plus profond de vous afin de vous surprendre vous-même, jour après jour !
Merci,
Merci énormément à Teresa pour mes débuts dans l’apprentissage, à Peiyen d’être à mes côtés quotidiennement pour partager toutes les joies de cette découverte des techniques du taiji ainsi que d’être toujours de bons conseils face aux doutes, merci à Siao Ming, RuiYing, Patrick,…et aux autres qui m’encouragent à voir cette pratique de groupe sous un angle chaleureux.
Merci à ma maman de me permettre de vivre cette opportunité ici et bien évidemment merci à Maître Dong pour son enseignement, sa patience et sa volonté de transmettre son savoir sans qui tout cela ne serait pas possible.

Charlotte

 

Satya

DSC03190

 

Shan (Sung, Asan) 昭珊

4

Le Tai Chi (Tai Ji Quan)

 

Art martial ancestral, pratiqué depuis des siècles en Chine, a commencé à connaître de plus en plus d’adeptes un peu partout dans le monde depuis quelques décennies. Comme la plupart des gens, je pensais que c’était pour des personnes d’un certain âge, incapables de pratiquer d’autres sports. C’étaient évidemment une erreur de jugement et un manque de connaissance. Et puis un jour, ma sœur et moi avons eu la chance de faire la connaissance de Ching et Ruiying, qui nous ont persuadées de venir assister à leurs cours de Tai Chi donnés par Maître Dong Yong Ming. Et là, nous avons été tout à fait conquises par cet art qui nous procure, non seulement une sensation de bien-être physique, mais aussi un sentiment de calme intérieur. La pratique régulière de cet art assure notre équilibre, nous apporte souplesse et calme, améliore notre mémoire et renforce nos muscles et articulations… d’ailleurs c’est même considéré comme remède à bien de maladies chroniques. Maître Dong nous enseigne le style Yang traditionnel dont le Maître créateur lui-même enseignait à Yongnian dans la province de Hebei en Chine. Il nous apprend également à manier l’épée, le sabre, l’éventail… suivant ce même style Yang. Lorsque nous commencions avec Maître Dong, notre groupe comptait moins de dix âmes. Aujourd’hui, nous connaissons un succès grandissant et,contrairement aux idées reçues, comptons des personnes de tout âge et chacun découvre le bien-être autant que le plaisir dans la pratique du Tai Chi. Nous sommes surtout très reconnaissants à Maître Dong de nous avoir transmis, dans un esprit totalement désintéressé, la technique de cet art si précieux dans sa forme la plus pure. De nos jours, nous sommes constamment à la recherche de l’harmonie du corps et de l’esprit, ce que le Tai Chi peut nous apporter. Pour combattre le stress, il n’y a pas meilleure arme. Aussi, je souhaite que tout un chacun puisse bénéficier du bienfait et apprécier la beauté de cet art. Shan

 

譚笑 Tan Xiao

tan-2019-03-02-at-22-39-51

 

黃漢章 Jimmy

img_20190316_155722


太極拳是我很有興趣想學習的一門運動之一,可惜一直都遇不到一位太極拳師傅,直至去年一次東歐旅遊有機缘認識了董永明太極師傅,原來他每天都在公園免費教一些有興趣練習太極拳之人,目的是將我們中國人的太極拳推廣及發揚光大。於是回比利時便即跟隨董老師學習太極拳。 記得第一天學習太極拳,我是一點都不會的,但由於興趣駆驶之下堅持每天都去練習,加上各同門師兄姐及老師指導之下,我發覺自己越來越喜歡這門運動了,也發覺自己身體比從前健康多了,因未習太極拳之前我毎年天氣變冷時都患上感冒,但至今未曾再有感冒,血壓也正常了,我相信是練習太極拳後之效果,因我感覺自己的免疫力也加強了。 在此再一次感謝董老師及各位同門師兄姐! Jimmie Houang

 

Le Taijiquan est un de mes sports préférés, j’aurais aimé l’apprendre depuis longtemps, cependant je n’avais pas trouvé de professeur de Taijiquan jusqu’à l’année dernière lorsque j’ai rencontré Maître Dong lors d’un voyage en Europe de l’Est.
Il m’a dit enseigner le Taijiquan depuis plusieurs années en Belgique, gratuitement, à toutes personnes intéressées par l’apprentissage, que son but était de développer cet art à travers le monde et que si j’étais disposé à apprendre, je serais le bienvenu à rejoindre les cours.

Alors j’ai commencé à apprendre lors de mon retour en Belgique.

Je ne sais rien à propos du Taijiquan mais il suscite en moi un intérêt alors j’insiste à le pratiquer tous les matins.
Merci à Maître Dong et aux anciens élèves pour leur aide et leurs instructions.
Je réalise que j’aime de plus en plus ce sport et ma santé s’est grandement améliorée: précédemment j’étais malade chaque année mais je n’ai plus attrapé froid depuis que je pratique le Taijiquan et ma tension artérielle est devenue stable. Je pense que cela est dû au fait que je pratique le Taijiquan depuis quelques mois !
J’aimerais à nouveau exprimer toute ma gratitude envers Maître Dong et tous les autres anciens étudiants qui m’ont aidé et m’aident encore lors de l’apprentissage du Taijiquan.

Jimmie Houang

 

黃勤文 Frank (Man)

man-2019-03-02-at-20-54-29

 

马库斯 Markus

markus-2019-03-02-at-20-54-29

 

Kristonas
男 1989 出生希腊

kristonas